Identification des prothèses en Ehpad : et si on en parlait ? ... avec Sylvie Saporta

Identification des prothèses en Ehpad : et si on en parlait ? ... avec Sylvie Saporta

Publié le mercredi 17 juin 2020

L’actualité marquée par la Covid-19 a mis sous le feu des projecteurs la situation des personnes résidant en Ehpad.

Aujourd’hui, nous voudrions attirer votre attention sur une problématique récurrente dans ces établissements, celle de la perte des prothèses dentaires adjointes. Elle peut survenir à l’extérieur de l’établissement, lors d’un examen médical, d’un séjour hospitalier, ou au sein de l’établissement.

L'appareil et l'image ne correspondent pas.


Dans ce dernier cas, troubles cognitifs aidant, lesdits appareils peuvent réapparaître dans les endroits les plus improbables bien connus des soignants : poubelles, cuisine, lingerie, pots de fleurs, et parfois dans la chambre ou dans la bouche d’un autre résident.

L’idéal, pour restituer la prothèse à qui de droit, serait de pouvoir y marquer en clair ses nom et prénom, mais la législation ne l’autorise pas.
À l’heure actuelle, des dispositifs d’inclusion d’étiquette ou de puce permettent d’identifier le propriétaire d’une prothèse. Ils sont très peu utilisés, représentent un coût et nécessitent d’avoir retrouvé l’appareil.

L’idéal serait une puce qui permettrait la géolocalisation et l’identification de chaque prothèse, même à distance. Technologie aidant, cette dernière solution finira bien par voir le jour.
En attendant, nous avons mis en place dans les Ehpad où nous travaillons, un système d’identification de prothèse qui ne présente aucun coût et permet lorsqu’une prothèse est trouvée, d’identifier rapidement son propriétaire.

Identification correcte.
Son propriétaire est retrouvé !


Le protocole d’entrée prévoit de faire une photocopie et un scanner de la ou des prothèses pour chaque nouveau résident. La photocopie est placée dans un classeur dédié et le scanner dans son dossier informatique.

Nous avons ainsi à notre disposition une image inversée exacte de la prothèse à l’échelle, qui permet, en superposant celle trouvée, sur les photocopies, d’en comparer la largeur et la longueur, pour déterminer à quelle personne elle appartient. Si vous voulez pouvoir superposer la prothèse exactement sur l’image, il suffit de faire sur le logiciel l’inversion de l’image en miroir.


C’est la notion d’échelle parfaite et de non déformation de l’image qui importe, car pour un soignant non dentiste, rien ne ressemble plus à un appareil dentaire qu’un autre appareil, donc une simple photo ne suffit pas.
Nous partageons cette expérience, en espérant que cette méthode simple qui ne représente aucun coût pourra aider nos aînés à retrouver cet objet si important pour la préservation de leur qualité de vie.
 

 

 

 Sylvie Saporta,
 membre du conseil d'administration de la SOP
 et co-responsable scientifique du cycle long de formation en Éducation Thérapeutique du Patient 2021

Tous les flashs infos