« Repartir de cette Journée avec des connaissances cliniques renforcées et les idées claires » par Jean-François Chouraqui

« Repartir de cette Journée avec des connaissances cliniques renforcées et les idées claires » par Jean-François Chouraqui

Publié le lundi 15 juin 2020

Jean-François Chouraqui

 

Interview de
Jean-François Chouraqui,
responsable scientifique
de la journée
« Les céramiques : mode d'emploi »
 jeudi 8 octobre 2020  



 

 

Pourquoi une Journée sur « les » céramiques et non pas « la » céramique ?

Sous le terme de céramique, on englobe différents matériaux qui ne possèdent pas les mêmes propriétés mécaniques et optiques.
L’un des objectifs de cette formation qui se veut très clinique sera de permettre au praticien, cahier des charges à l’appui, de choisir la céramique la plus adaptée en fonction des différents cas cliniques, et de connaître les impératifs de préparation des dents supports qu’implique ce choix.
Notre ambition est que les participants repartent de cette formation avec des connaissances cliniques renforcées et les idées claires.

Vous insistez sur la dimension clinique de cette formation. Pourquoi ?

L’un des apports de la Journée sera le partage de l’expérience accumulée par les conférenciers. Une nécessaire introduction, plus théorique, permettra au Pr Jacques Dejou de nous rappeler les propriétés des grandes familles de céramiques mais, très rapidement, il abordera la question essentielle du collage et de l’assemblage de ces matériaux. Alors la Journée prendra son orientation résolument clinique.
Nous donnerons toutes les clés afin que le praticien puisse maîtriser ses reconstructions céramiques tant unitaires que plurales. Nous aborderons les problématiques spécifiques aux secteurs antérieur et postérieur. Nous aborderons aussi les impératifs de préparations qu’imposent les différentes céramiques.
Parfois, les techniciens de laboratoires reçoivent des praticiens des empreintes propres et lisibles, mais dont l’espace prothétique disponible rend difficile l’utilisation du matériau préconisé. Cette situation oblige une modification des préparations – et donc une séance clinique supplémentaire – ou un compromis sur le choix de la céramique diminuant ainsi soit le rendu esthétique soit la résistance structurelle de la restauration.

Quelques mots sur les conférenciers ?

On ne présente plus Jacques Dejou, qui lancera la Journée pour aborder, je l’ai dit, la partie théorique, mais aussi la question du collage.
Charles Toledano traitera des restaurations unitaires dans le secteur postérieur ; il est reconnu pour ses compétences en particulier pour la réalisation d’onlays. 
Pierre Layan est un jeune et brillant conférencier qui a accumulé une très grande expérience. Il partagera avec les praticiens son approche s’agissant des restaurations unitaires dans le secteur antérieur.
Quant à Louis Toussaint il abordera, en binôme avec son prothésiste Sébastien Milliasseau, les restaurations plurales. Ils exposeront de manière concrète et pratique la délicate question de la transmission au laboratoire. Ils nous éclaireront sur la façon dont on crée une chaîne décisionnelle homogène où l’on maîtrise les objectifs et les moyens./

Tous les flashs infos