« Le numérique, mais sans s’écarter des fondamentaux ! » par Stéphane Cazier

« Le numérique, mais sans s’écarter des fondamentaux ! » par Stéphane Cazier

Publié le jeudi 05 décembre 2019

Stéphane Cazier

Interview de Stéphane Cazier,
conférencier de la journée exceptionelle
« Le numérique en omnipratique »
du jeudi 16 janvier 2020

 

« Le numérique, mais sans s’écarter des fondamentaux ! »

Quelle intervention en direct allez-vous réaliser ?

Je réaliserai un onlay céramique en technique directe dans un cabinet dentaire parisien, l’objectif étant de coller au plus près de la réalité. Le recours aux techniques numériques permet de soigner une dent vivante en une seule séance.
Je prendrai le temps de détailler toutes les étapes de cet acte. Nous verrons qu’avec très peu d’entraînement, un omnipraticien pourra réaliser cet acte en une heure, grâce à l’évolution des logiciels. J’insisterai aussi sur l’avantage biologique du numérique puisque la plaie dentinaire n’est agressée qu’une seule fois, améliorant de fait le pronostic. Sans parler d’un accès à des matériaux de plus en plus performants.

Le numérique, c’est magique ?

Non ! Je vais parler de protocoles, d’indications mais aussi des limites des technologies numériques. Il ne s’agit pas de tout réaliser par CFAO dans l’idée de rentabiliser la machine.
L’idée consiste à déléguer à l’ordinateur la conception de la pièce, sans s’écarter des principes fondamentaux de la dentisterie, bien au contraire ! Il s’agit avant tout de poser le bon diagnostic, de préparer correctement la dent, de poser un champ opératoire efficace et, enfin et surtout, de coller de façon optimale.

Quelles seront les étapes de votre intervention ?

Je commencerai par les critères de préparation pour, ensuite, réaliser l’empreinte optique en conditionnant la gencive afin que toutes les limites soient visibles. L’enregistrement réalisé, la pièce sera modélisée sur l’écran.
J’expliquerai également ce que l’on peut faire pendant les temps mort d’usinage et de cuisson de la pièce. Puis viendra l’étape de l’essai en bouche et des éventuels réglages. C’est d’ailleurs plus simple et ergonomique de retoucher la pièce directement en bouche que sur un modèle en plâtre. Idem pour la teinte, qui sera plus facile à déterminer car on travaille directement sur le patient. Une fois les étapes de finition réalisées, nous terminerons par l’assemblage par collage et les contrôles usuels de cette restauration céramique. /