« Aller vers une durée de vie no limit des implants ! » entretien avec Corinne Touboul

« Aller vers une durée de vie no limit des implants ! » entretien avec Corinne Touboul

Publié le jeudi 10 janvier 2019

Entretien avec Corinne Touboul,
conférencière de la journée du 28 mars « NO(s) LIMIT(es) »

Corinne Touboul


Vous allez intervenir sur la conservation implantaire lors de la journée No(s) Limit(es). Comment se pose la question des limites en implanto ?

Avec l’essor de cette discipline, de nombreuses possibilités thérapeutiques jusqu’alors insoupçonnées se sont ouvertes à nous. L’engouement général nous a laissé croire, à tort, qu’on allait « presque » pouvoir tout faire. Mais très vite, la réalité s’est rappelée à nous de manière concrète avec les péri-implantites. Il s’agit donc aujourd’hui d’identifier les causes de cette pathologie pour les éviter ou bien les maîtriser. C’est comme cela que se pose la question des limites en implanto : il s’agit d’aller vers une durée de vie de nos implants qui s’approche du no limit.

Quels sont les grands axes que vous allez développer ?

Il existe des profils de patients particulièrement exposés au risque de péri-implantites. Encore faut-il les connaître et c’est ce que je me propose de faire dans un premier temps. Ensuite, à l’aide de cas cliniques, je montrerai comment identifier les causes pour les éviter. Et lorsqu’une péri-implantite est diagnostiquée, je détaillerai les attitudes thérapeutiques à adopter avec un objectif : prendre en charge ces cas de façon prédictible.

Quels seront vos messages essentiels ?

J’en vois deux. Le premier est une bonne nouvelle : la péri-implantite n’est pas une fatalité ! Il s’agit d’une grande annonce parce que, jusqu’à présent, la gestion des péri-implantites générait beaucoup de stress chez les praticiens du fait de résultats aléatoires. Mon second message sera qu’il faut prendre de la distance par rapport à l’« Evidence Based ». Il y a certes des consensus sur le traitement des péri-implantite, et la littérature nous donne des axes de traitements. Mais il faut avoir conscience que la gestion d’une péri-implantite diffère selon la cause. En effet, des cas vont nous conduire à la chirurgie quand d’autres nécessiteront d’abord un assainissement global et ensuite éventuellement un acte chirurgical. /