« Une journée de réponses cliniques sur toutes les formes de contact » par Joël Dubreuil le jeudi 17 janvier 2019

« Une journée de réponses cliniques sur toutes les formes de contact » par Joël Dubreuil le jeudi 17 janvier 2019

Publié le mercredi 10 octobre 2018

Joel Dubreuil

Entretien avec Joël Dubreuil, 
membre du groupe de travail de la SOP  
17 janvier 2019 : « Maîtriser les contacts, tous les contacts »


« Une journée de réponses cliniques sur toutes les formes de contact »

 

Pourquoi cette journée « Maîtriser les contacts, tous les contacts ? » 

À l’origine, nous sommes partis d’une réflexion sur le sens tactile, à la fois le « toucher thérapeutique » mais aussi le toucher « relationnel ». Nous nous sommes fait la réflexion que le toucher thérapeutique disparaissait derrière la technique, comme on le voit avec la médecine chirurgicale, où la robotique a tendance à supprimer toute perception tactile.
Or, il est des situations où le sens tactile est irremplaçable ! Il en est de même dans notre pratique.
On disait auparavant qu’en endodontie, il fallait avoir des yeux au bout des doigts ! Pour le toucher relationnel, les choses ont formidablement évolué. Nous vivons un temps où le rapport au corps de l’autre, y compris dans les rapports soignant-patient, est un rapport de distance avec, pour le thérapeute, le souci constant de ne pas avoir de gestes pouvant être interprétés comme déplacés.

Mais cette journée n’est pas réduite au sens tactile… 

En effet. Nous avons rapidement élargi notre propos car, fidèles à l’esprit de la SOP, c’est une journée de réponses cliniques que nous voulons produire. Le contact, entendu dans toutes ses dimensions, en occlusion, en restauratrice, dans la relation au patient, etc., sera le fil rouge que l’on suivra, tel un fil d’Ariane, au cours de cette Journée pour ne pas rester à la surface des choses.
Et ce fil rouge va nous permettre de rassembler des problématiques et des disciplines dans une perspective véritablement novatrice. C’est l’une des forces de la SOP de pouvoir produire des formations comme celle-ci. C’est même dans l’ADN de notre société !

De quelle manière allez-vous aborder toutes ces formes de contacts ? 

D’une manière totalement clinique. La première conférence traitera de la question du contact, non pas thérapeutique, mais relationnel avec le patient, de sa construction, de ce qu’il peut permettre comme possibilité thérapeutique. 
C’est Benjamin Pomès et Nadine Omeish qui animeront cette conférence. On verra dans cette conférence que, pour certains patients – notamment ceux en situation de handicap – le contact tactile, bien conduit, est un véritable « toucher sésame », qui permettra d’entrer dans la phase de soins proprement dite. 
La dernière conférence, plus prospective, animée par Ludovic Pommel et qui clôturera la Journée, répondra à la question suivante : la technologie peut-elle se substituer totalement au sens tactile ? On verra que, un peu comme dans l’aviation, il y a des situations où le pilote doit lui-même reprendre les commandes même si les crashs sont majoritairement dus à une erreur humaine…

Un mot sur les conférences cliniques ?

« Maîtriser les contacts, tous les contacts » 

Olivier Hue abordera la naissance puis l’évolution tout au long de la vie des cycles de mastications. On sait que la réponse musculaire suit un cheminement neurologique qui va transformer ce mouvement en mouvement réflexe. Ce mouvement est d’autant renforcé que le stimulus est précis. Olivier Hue précisera à partir de quand les cycles de mastications se fixent et comment ils évoluent au cours de la vie. 
Au cours de la vie, des malpositions s’installent, des brèches peuvent se créer et se pose alors la question à chacun d’entre nous : quelle occlusion prothétique choisir ? OIM ou RC ? Les contacts dentaires sont-ils iatrogènes ? Sont-ils stables, équilibrés ? Ce sera la conférence d’Olivier Laplanche.
Mais que se passe-t-il quand ce stimulus dentaire n’existe plus ? Quand il n’existe plus de dent, chez l’édenté total. L’extéroception prend-elle le relais de la proprioception ? Existe-t-il une « mémoire » occlusale qu’il faudrait essayer de conserver ?
Marie-Violaine Berterèche traitera de la conservation des acquis réflexes que permet la prothèse immédiate, selon son mode de réalisation.
Et, bien sûr, comment ne pas parler, lors d’une journée sur le contact, des points de contacts dento-dentaire intra-arcade, leurs évolutions, leurs restaurations, leurs réglages. Ce sera le propos de Franck Decup. J’ajoute à tout cela que la question fondamentale de l’implantologie et de la proprioception sera largement et précisément abordée.

Quelle sera la plus-value de cette Journée sur les contacts ?

Ce sera une séance éminemment clinique. Appréhender l’occlusion, la validation de rapport intermaxillaires en OIM par l’observation et l’analyse des contacts dentaires permet de s’affranchir des dogmes et des chapelles. De plus, cette observation est simple et rapide.
Clinique également, le pourquoi et le comment de la préservation de la « mémoire occlusale » chez l’édenté total.
Clinique le réglage et la restauration des points de contacts. Clinique, enfin, l’acceptation des soins chez certains patients. /

> Fiche formation SOP 17 janvier 2019 à ouvrir