ACTEON GROUP site produits 2010-2011
Une opération de maintenance est en cours, pouvant provoquer quelques dysfonctionnements. Merci pour votre compréhension et désolé pour la gêne occasionnée.

2017 – TOME 46 – N° 2

Principales lésions diagnostiquées en omnipratique – Pages 74-82

Condylome acuminé buccal. Tumeur épithéliale bénigne

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
Le condylome acuminé est défini comme une tumeur épithéliale bénigne classée parmi les infections sexuellement transmissibles. Les papillomavirus humains (HPV = human papillomavirus, en dénomination internationale) sont à l'origine de cette lésion.

Les HPV sont des virus à ADN non enveloppés, très résistants aux agents chlorés et aux écarts de température. Ils sont répertoriés en fonction de leur tropisme cutané ou muqueux et de leur potentiel oncogène. Les infections qu'ils induisent sont très fréquentes car le risque de contagiosité est important. Ainsi la plupart des adultes sexuellement actifs risquent d'être contaminée à un moment donné de leur vie (Dalstein et coll., 2006). Les virus responsables des condylomes sont à 90% les HPV muqueux de type 6 et 11, dits à bas risque car les lésions n'évoluent pas théoriquement vers un cancer.

La transmission virale se fait habituellement par contact sexuel direct. Le virus pénètre dans l'épithélium au niveau d'une microblessure, se transmet de cellule en cellule dans l'assise basale, et des virions sont libérés lors de la desquamation. L'agent infectieux peut aussi se transmettre par l'intermédiaire de l'eau, de linge, de gants ou de matériel souillés. L'auto- et l'hétéro-inoculation manuportées sont également possibles. En effet, la concordance virale entre les prélèvements génitaux et digitaux est souvent élevée (Aubin, 2006).
Auteur(s) : S.-M. DRIDI, J. CHALUMEAU, F. LEPELLETIER, A.-L. EJEIL
L'article en PDF (réservé aux membres)

Société
Odontologique
de Paris

Retrouvez-nous sur…

Facebook  Twitter